Alors que les médias sociaux se sont bien implantés dans les habitudes des internautes français, on assiste à une recrudescence de pratiques telles l’achat de fans, ou de followers, ou encore la création de faux profils. Autant de stratégies soi-disant infaillibles offrant aux professionnels une réussite assurée en terme de présence et de communication web 2.0. Qu’en est-il vraiment ?

Achat de followers ou de fans, création de faux profils, de quoi parle t-on ?

Le nombre de fans ou de followers est malheureusement encore considéré par certains comme l’indicateur par excellence de l’influence. Pour ceux qui adhèrent à cette théorie, je ne saurais trop vous conseiller de revoir vos classiques. Cette croyance est à l’origine de la course effrénée que se livrent certains « professionnels » et certaines marques afin de savoir qui aura la plus grosse (communauté).

De fait, les prestataires proposant des solutions miracles, afin de vous faire gagner en « crédibilité » ou « d’amorcer la pompe de l’interaction digitale », se sont multipliés. Leurs offres sont plus ou moins sophistiquées  et vont de la bonne vieille prise de contrôle pour suivre en masse des comptes d’une liste « follow back » automatique, à la création de faux profils qui viendront ajouter leur tête d’oeuf à vos followers sur Twitter tout est possible, sans oublier des solutions plus évoluées techniquement.

La plupart de ces prestataires (si ce n’est tous) vous offriront des fans ou followers non qualifiés, c’est à dire pas forcément intéressés par votre thématique dans le meilleur des cas, ou carrément des comptes zombies qui n’ont pour toute existence qu’un pseudo et un ou deux malheureux posts qui se battent en duel.

Certaines agences utilisent carrément les faux profils pour se rendre le travail plus « facile ». La récente polémique autour de la page Facebook d’Orangina illustre parfaitement cette pratique. Les faux profils avaient pour but de créer de l’interaction, et de duper l’Edge Rank de Facebook, stratégie qui a plutôt fonctionné jusqu’à ce qu’elle soit révélée au grand jour et qu’elle entraîne une levée de boucliers et des clarifications de la part d’Orangina.

Acheter des followers ou des fans

Acheter quelques oiseaux et les autres viendront tous seuls !

Peut-on réellement acheter l’interaction sur les médias sociaux ?

Même si l’achat de fans ou de followers semble être devenue une pratique acceptable pour certains, cette tendance et les nombreuses polémiques qui l’accompagnent sont la preuve que de nombreux « acteurs » du web 2.0 n’ont rien compris à l’essence même du web participatif. J’emploie le terme à dessein, en effet l’objectif de toute bonne stratégie digitale devrait d’abord être de créer une relation et un échange entre l’entreprise ou la marque et sa communauté.  C’est cette relation qui sera porteuse d’une réelle valeur ajoutée.

Quel échange pouvez-vous avoir avec des bots ou des personnes ne s’intéressant pas du tout à votre thématique ? C’est comme parler le chinois à un groupe d’islandais, vous serez juste à côté de la plaque.

Ce qui fera le succès ou non de la stratégie de votre entreprise sur les médias sociaux sera votre capacité à partager et créer du contenu intéressant pour les personnes qui vous suivent et ainsi à les inciter à se joindre à la discussion que vous aurez engagé.

Quid de l’éthique et de l’e-réputation ?

Effectivement, ces pratiques sont douteuses sur le plan éthique. Il s’agit de vendre aux « con-sommateurs », à qui l’on n’accorde d’ailleurs plus le moindre respect, une relation et un semblant d’ouverture qui n’existe pas en réalité.

Outre les questions d’éthique que posent ces pratiques, il ne faut pas négliger non plus les dommages que peuvent causer une telle « stratégie »  à votre e-réputation. En effet, les internautes tendent à être de plus en plus vigilant et réagissent généralement très vigoureusement face à de telles méthodes. Le fruit de votre « solution miracle » risque fort d’avoir un goût amer.

Mais alors pourquoi se livrer à ce genre de pratiques ?

La réponse est simple. Pour vous, c’est une « excellente » occasion de flatter votre ego :

Waouh j’ai 50.000 followers sur Twitter mais je n’échange jamais avec personne, d’ailleurs personne ne reprend jamais les infos que je partage.

Mince j’ai 15.000 fans mais aucun d’entre eux ne réagit à mes publications, d’ailleurs Facebook ne me génère même pas de trafic.

Cela vaut l’investissement, non ? Non !? Mais pourquoi, voyons, à 200 euros les 5000 têtes d’œufs cela ressemble fort à un bon placement…

Pour vous, je ne suis pas sûr mais pour celui qui vous les a vendus, sûrement.

Alors qu’en pensez-vous ? L’achat de followers ou de fans, une vraie solution ? N’hésitez pas à nous donner votre avis en commentaire ou à rejoindre la discussion sur les différents réseaux sociaux.

Voir également...

  • Pas de news associées.

Tags: , ,

9 commentaires à “Acheter des followers, une solution pour votre entreprise?”

  1. 28 février 2012 à 18:50

    Valérie Thuillier dit:

    Bonjour,
    Les clients comprendront (vite ?) que ces fans acquis juste histoire de grossir le rang ne leur apporte pas grand chose en terme de visibilité : des fans qui ne font que liker une page sans jamais interagir, sans aucun partage, aucun commentaire….ça ne sert pas à grand chose, et les clients le verront en regardant les stats de visite sur leur site ( et surtout le faible taux de transformation…).
    Et du coup ces clients sauront faire la différence entre les prestations des CM et agences ? Du moins j’ose l’espérer ;-)
    Valérie

  2. 29 février 2012 à 0:37

    Bruno dit:

    Merci pour ton commentaire Valérie.

    Malheureusement certains clients pensent justement que la visibilité correspond au nombre de fans acquis. Ils sont complétements déconnectés de l’objectif naturel des « médias sociaux », créer la relation et l’échange.

    Du coup, les spécialistes de la vente au kilo pourront poursuivre leur business tranquillement… J’espère quand même que ces clients crédules constitueront la minorité. Sinon on est pas prêt de redorer le blason de notre profession.

  3. 29 février 2012 à 10:14

    Béa de graphologie 17 dit:

    Article très intéressant, merci ! Personnellement je mise sur l’authenticité et l’échange. Le bouche à oreille fonctionne bien côté professionnel. Mes comptes FB et twitter ont un nombre d’amis à taille humaine.
    bonne journée

  4. 29 février 2012 à 10:53

    Gentile dit:

    Bien écrit et bien argumenté Bruno.
    Un Community Manager digne de cette fonction a pour rôle d’établir une relation de confiance avec ses clients et followers. En achetant des followers, il rompt cette relation. C’est du marketing préhistorique !

  5. 29 février 2012 à 11:31

    Justin dit:

    Bonjour et merci pour cet article.
    Je suis entièrement d’accord avec vous et je considère que l’achat de followers ou de fans est une aberration.
    En tant que community manager en agence, je constate cependant que la taille de la communauté n’est pas un enjeu essentiel pour les entreprises que je représente. La plupart des entreprises qui comprennent leur besoin d’e-réputation comprennent aussi qu’on ne joue pas à celui qui à la plus grosse. A nous de convaincre les autres ! ;-)

  6. 29 février 2012 à 12:01

    Bruno dit:

    Merci à tous pour vos commentaires.

    @Béa: à mon avis les problématiques sont un peu différentes sur Twitter et Facebook surtout si le compte Facebook est utilisé à usage personnel. Le plus important, c’est surtout que les fans des pages marque ou les followers des comptes twitter soient de vrais personnes avec qui il est possible d’interagir.

    @Denis: Je suis d’accord avec toi cette façon de faire est un calque de vieux modèles totalement dépassés sur le web 2.0. Mais bon nombreux sont ceux qui aiment le confort relatif des vieux modèles.

    @Justin: Je suis d’accord avec toi, les entreprises qui ont vraiment compris à quoi correspondent les réseaux sociaux ne rentrent pas dans cette course folle. Mais quid des autres qui sont parfois têtues ?

  7. 24 mars 2012 à 12:49

    Acheter des followers, une solution pour votre entreprise? | Les réseaux sociaux apprendre à mieux les connaître et à mieux les utiliser | Scoop.it dit:

    [...] http://www.arkemo.com – Today, 10:54 AM [...]

  8. 11 avril 2012 à 13:58

    Valérie Thuillier dit:

    En relisant l’article je me dis aussi que c’est complètement antinomique ! acheter des fans, acheter des amis, acheter des meubles :-) ))
    Valérie

  9. 11 avril 2012 à 19:42

    Bruno dit:

    C’est sur. On n’achète pas la relation humaine, on la construit et on la nourrit malheureusement la loi des chiffres tant à être une norme de nos jours.

Laisser un commentaire